Les dernières infos de l'AAPPMA Colombier-Fontaine

 

30 juin 2020: Notre ami "Georges"

Bon pied, bon œil notre plus ancien membre du Conseil d'administration!

Eh oui, on ne croirait pas, mais notre ami Georges est toujours de la partie quant il faut donner un coup de main.

D'ailleurs du haut de ses 89 ans il n'hésite pas à enfourcher le quad du Président son râteau à la main pour aller enlever les arbres couchés dans le ruisseau risquant de créer des embâcles en cas de montée des eaux.

Voici un bel exemple pour tous les amoureux de la nature "petits et grands"! Notre ami "Georges" toujours présent que ce soit pour un alevinage, un nettoyage, une réunion, il veut être présent pour tout. Sans oublier toutes les années passées où il était "Trésorier" de la société de pêche avant de passer la main aux plus jeunes. Georges est rentrée dans la société en 1947 date à laquelle il prit son 1er permis de pêche.

Que peut-on dire sinon "suivez le guide", nous souhaitons vraiment que "Georges" fasse des émules pami nos jeunes pêcheurs et que ceux-ci viennent à leur tour renforcer notre équipe de bénévoles.

En attendant nous ne pouvons que dire un grand "MERCI" à cet homme courageux et valeureux qui depuis bien des lustres s'investit corps et âme pour notre petite société de pêche de Colombier-Fontaine. Il est et restera un bel exemple pour les jeunes générations de pêcheur!

 

 

 

29 juin 2020: Nettoyage des rives du Doubs à Saint-Maurice-Colombier

Un petit mot pour vous dire que le nettoyage du parking de St- Maurice s'est très bien déroulé, grâce aux nombreux équipements de chacun.
Le travail a été vite réalisé et très bien fait. Les pêcheurs peuvent de nouveau accéder aux bords du Doubs.
Au nom de la Commission Travaux, Environnement, Pollution, je remercie personnellement:  Alain Chognard, Daniel Kudelka, France et Gilles,  Jacques Faivre, Jean-Pierre Corvec, Julien Baron,  Roland Monnier qui se sont donné beaucoup de peine pour rendre ce lieu de pêche accessible et qui ont oeuvré pour le bien de notre AAPPMA.
Encore Merci à tous!
Amicalement!
Jean-Luc Vautherin: Pilote de Commission.


 

27 juillet 2020: Connaissez vous l'histoire du pont du Doubs de Colombier-Fontaine ?

Jacques, notre secrétaire au cours d'une de ses dernières parties de pêche a photographie cette plaque commémorative située sur une pile du pont de Colombier-Fontaine.

Mais si vous voulez en apprendre plus sur ce pont et sur l'histoire de Colombier-Fontaine, rendez vous sur le blog : Le monde perdu qui retrace l'histoire de Colombier-Fontaine, avec ses usines, le canal, les monuments, etc...

Ci dessous un extrait de ce blog qu'il ne faut pas manquer de visiter.

Très récemment remis en état par l’entreprise GTFC (Grands Travaux de Franche-Comté) aux frais du Conseil Général du Doubs selon un programme comprenant un élargissement, la réfection complète de l’étanchéité et du revêtement, ainsi que la pose de parapets très résistants, le pont sur le Doubs constitue pour Colombier-Fontaine sa principale voie d’accès.

Sa fermeture complète, du 4 septembre au 24 octobre 1989, aura occasionné tant de difficultés aux usagers, que chacun est désormais convaincu de son importance et de son absolue nécessité pour le village et son environnement économique.

Au milieu du 19ème siècle, sous le régime de Napoléon III on assiste à un essor des activités agricoles et au développement de l’industrie (filature - scieries). Les productions demandent pour leur écoulement des infrastructures de communication et des moyens de transports de plus en plus importants.
Colombier-Fontaine dont les habitants sont dénombrés à 450, voit s’installer le chemin de fer (1858). Le canal du Rhône au Rhin est en service depuis 1830. Par contre, malgré les “prestations”, en nature, obligatoires chaque année pour l’entretien des chemins, les moyens de communication entre villages sont très pauvres et peu carrossables.
Nos anciens souffrent d’un état de fait et s’interrogent sur les moyens à mettre en place pour améliorer la situation.

UN PROJET AUDACIEUX ET MAL PARTAGÉ
Lorsque les habitants de Colombier-Fontaine voulaient rejoindre les communes de Lougres, Longevelle, Beutal, Montenois, etc., ils devaient obligatoirement traverser la rivière à gué ou à l’aide d’un bac.
C’est en 1858 que germe l’idée de construire un pont sur le Doubs, au lieu-dit “Moulin Barbeaux” (l’endroit actuel), d’un commun accord avec Lougres et avec le ferme espoir que d’autres communes et des particuliers y souscrivent.
Ce projet répond à une nécessité économique et sociale. Il est aussi considéré comme un argument convaincant pour influencer la Compagnie des Chemins de fer sur le choix d’implantation de la gare voyageurs et trafic marchandises à Colombier-Fontaine plutôt que Saint-Maurice, lieu initialement prévu.
Les chemins alentour n’étant pas encore vicinaux ou reconnus d’intérêt commun, une seule possibilité de financement était envisageable : les fonds communaux et les souscriptions. Seules les communes de Lougres et Colombier-Fontaine, ainsi que la filature Méquillet-Noblot acceptent de participer financièrement au projet. Longevelle refuse d’y souscrire ce qui entraînera une vive polémique entre municipalités comme en témoigne cet extrait de délibération de juillet 1861 du Conseil Municipal de Colombier relatant . . . “qu’à condition qu’aucun produit des ventes n’entre directement dans la commune de Longevelle, attendu que cette dernière, pour le moins aussi intéressée que celle de Lougres, n’a voulu contribuer en rien à l’établissement du pont et que, par le fait, elle a fait preuve d’une indélicatesse qu’on ne saurait qualifier...” puis le 18/10/1862 . . .“ne peut alléguer aucun motif sérieux en faveur de ce refus basé uniquement sur un esprit incompréhensible d’opposition systématique”.

Les négociations aboutissent néanmoins aux conclusions suivantes :
— Colombier-Fontaine : 56 % du coût de construction
— Lougres :44%
— Méquillet-Noblot : 5 000 F.

UN GOUFFRE FINANCIER POUR LA COMMUNE
En séance extraordinaire du 20/07/1858, sur ses fonds libres, le Conseil Municipal de l’époque décide de voter un crédit de quote-part de 14 000 F conditionnant cet important effort à ce qu‘il puisse être perçu "un péage sur tout passager et attelage étrangers et non domiciliés dans l’une des deux communes précitées” et “qu’il n’existe aucun bac ou bachot public dans un rayon d’au moins quatre kilomètres en aval et deux kilomètres en amont” (conditions qui seront jugées illégales donc non recevables par le Préfet quelque temps plus tard).

La somme ainsi votée se révèlera très insuffisante puisque les plans et devis dressés par M. Mettetal, agent voyer à Montbéliard le 6 juillet 1861, pour la 1ère section comprenant les travaux de construction du pont seul s’élèvent à 71686,73 F et pour la 2éme section se rattachant aux levées, aux abords avec chaussées et empierrement sur le tout, les travaux se montent à la somme de 6200 F (entièrement la charge de la commune de Colombier-Fontaine).
Le Conseil Municipal présidé par le Maire M. DUROY Georges nommé par arrêté préfectoral (le suffrage universel n’existait pas à cette époque) et composé de 9 conseillers, à savoir :
. Bourlier Pierre
. Duroy Frédéric
. Fallot Pierre
. Fallot Frédéric
. Bourlier Pierre
. Bourlier Pierre
. Duroy Pierre
. Chavey Frédéric
. Morel Pierre
va s’ingénier à trouver les fonds nécessaires (37 344.57 F) en réalisant la vente de terrains communaux (ex: 2000 F à un dénommé Véron), en renouvelant les souscriptions particulières (900 F) en sollicitant les autres communes (800 F) et surtout en vendant par anticipation une coupe de bois d’un lot de réserve de 9,4 ha pour 10000 F avec une demande de dérogation à l’autorité de tutelle.

Cela ne suffit toujours pas et le Conseil demande l’autorisation d’opérer la vente de diverses parcelles de “terrains communaux joignant les propriétés bâties et autres” en fixant le prix à 2 F le m2.
L’aliénation de tous ces terrains va permettre petit à petit de trouver le financement définitif (l’emprunt si pratiqué aujourd’hui n’était pas dans les mœurs de cette époque !).

LA CONSTRUCTION DÉBUTE
Sous la surveillance d’un maître d’œuvre, Alexandre Calmelet d’Arcey, rétribué 3,50 F/jour, les travaux commencent fin 1862. Le pont conçu est identique à celui d’aujourd’hui, pont de pierres d’une largeur de 6 mètres de chaussée avec chambres à mines aux deux bouts.
L’entrepreneur, un certain Carret utilisera les pierres extraites de la carrière de Lougres et Courchaton pour ce qui concerne les pierres de taille nécessaires aux chaperons des piles centrales. Il connaîtra certains déboires jusqu’en février 1864. Par l’intermédiaire de M. l’Agent voyer de Montbéliard il sollicite un secours financier que la commune de Colombier refuse estimant avoir rempli "toutes ses obligations et devoirs en sa faveur”. On peut supposer que c’est le Département qui suppléera la commune, sur des fonds votés annuellement pour pertes et accidents.
L’ouvrage par lui-même sera réalisé en moins de deux ans.

LES ACCÈS ET ABORDS POSENT PROBLÈMES
Par arrêté préfectoral du 26/08/1862 le pont et ses abords ont été classés chemin d’intérêt commun impliquant participation financière des communes concernées (répartition des 6200 F de la 2éme section). Colombier-Fontaine devra y contribuer à concurrence de 30 % ce qui relance la polémique, surtout avec Longevelle n’ayant que 20 % à supporter, alors que le Conseil Municipal juge “. . . qu’attendu qu’elle n’a rien fourni dans les travaux du pont, qu’elle n’aurait pas trop pour sa part de faire tous les travaux des abords, attendu qu’un grand nombre d’ouvriers de Longevelle passent déjà journellement sur le pont, avant d’être achevé, pour venir travailler soit à l’usine de MM. Méquillet-Noblot et Cie, soit au chemin de fer...“ (extrait du PV du 31/10/1863).
Les difficultés financières ont pour corollaire la lenteur dans la réalisation des abords. Lougres ne peut faire face à ses engagements et la commune de Colombier, soucieuse d’en finir avec une situation qui n’a que trop duré, accepte de verser 5000 F à la caisse municipale de Lougres sous forme de prêt à 5 % d’intérêt par an.
En janvier 1866, constatant que les travaux ne sont pas terminés et que “journellement les passagers avec voiture sont dans la nécessité de venir au village chercher des chevaux de renfort afin de retirer leur voiture d’une boue extraordinaire . . .“, le Conseil Municipal demande qu’ils soient continués en régie aux frais de l’entrepreneur et terminés dans le plus bref délai.

En définitive les 6200 F prévus à l'origine deviendront 111118.51 F. Mais les tensions s’étant apaisées de par la qualité des travaux réalisés et la grande utilité économique de l'ouvrage reconnue par tous surtout vis à vis de l’intense trafic de la gare définitivement en service Colombier-Fontaine — c’est donc relativement satisfait que le Conseil Municipal vote la dernière somme à débourser le 21 décembre 1866 (133.42 F pour les honoraires de 4 % dus aux agents voyers).

LES VICISSITUDES D’UN PONT
Moins de 5 ans d’utilisation du pont se sont écoulés. La guerre franco-allemande de 1870 conduira le génie militaire à faire sauter l’ouvrage pour retarder l’invasion des prussiens.
Le 13 août 1871, l’État réclame une quote-part communale de 8850 F pour la reconstruction du pont prévue en 1872. Le Conseil Municipal proteste très vigoureusement estimant que les frais doivent être à la charge de l’État et de toute évidence répartis différemment et il refuse de voter le contingent assigné. Il semble qu’il ait obtenu gain de cause puisqu’on ne retrouve nulle trace d’une telle dépense dans les archives communales.
Le pont fut remis en service en 1873.
En juin 1940, nouvelle destruction sur décision des autorités militaires, les colonnes allemandes déferlant sur la N 463. Il sera reconstruit quelques mois plus tard par une entreprise pyrénéenne.
En octobre 1944, les Allemands, acculés par les troupes alliées qui s’apprêtent à libérer le pays, décident de faire sauter l’ouvrage. Quelques FFI avertis de l’intention, mais dénués de moyens, tenteront vainement de s’y opposer et ils assistent à une nouvelle et terrible explosion qui privera Colombier-Fontaine de son accès principal pour plusieurs années.

Une passerelle sommaire et peut sécurisante fut installée. Elle permettra néanmoins le passage des nombreux ouvriers de la rive droite du Doubs qui alimentent en main d’œuvre les trois usines du village.
Le pont fut reconstruit en 1950 dans le cadre des réparations pour dommages de guerre.
Il est souhaitable que les “chambres mines”, ces excavations prévues réglementairement dans ce type d’ouvrage par le Ministère de la Défense et destinées à recevoir les charges de dynamite, ne soient plus jamais utilisées.

 

22 juillet 2020: Arrêté préfectoral provisoire portant restriction de l'usage de l'eau pour le département du Doubs

Depuis le 17 juillet, l'arrêté préfectoral provisoire mis en place pour une durée de 3 mois limite l'usage de l'eau.

Vous pouvez consulter cet arrêté en cliquant ICI

 

17 juillet 2020: Prendre des responsabilités ou devenir bénévole au sein de notre AAPPMA est à la portée de tous!


L'AAPPMA de Colombier-Fontaine composée exclusivement de bénévoles se porte très bien puisque le nombre d’ adhérents a doublé en quelques années . Pourtant elle est soucieuse de son avenir.
Certains de ses membres ayant des postes à responsabilité et un âge avancé souhaitent passer la main.
Elle souhaite ardemment faire appel à des personnes qui aiment le loisir pêche et plus exactement les responsabilités et le bénévolat dans ce domaine.
En devenant bénévole au sein de notre AAPPMA, vous participerez activement au développement global de la pêche associative et vous contribuerez à la protection des milieux aquatiques.
Vous êtes disponible et dynamique? Vous avez des compétences, des idées, des projets ? Vous avez simplement envie de donner un peu de votre temps ? Alors rejoignez les membres de l'AAPPMA de Colombier-Fontaine pour les accompagner dans leurs projets et proposer votre aide !
Voici par exemple des propositions de postes qui pourraient vous intéresser:
• Présidence / Vice Présidence / Secrétaire / Secrétaire adjoint / Trésorier adjoint / Membres du Conseil d'Administration / Pilote de commission / Membres de commission / Garde de pêche Particulier / Eco garde / Administrateur du site internet / ou tout simplement Membres Bénévoles de notre Association.
Bien entendu pour différents postes, des formations seront proposées (Gardes, administrateur site internet, etc...)
Si ce challenge vous séduit, n'hésitez pas à nous contacter en vous rendant sur notre site internet : "aappma-colombier-fontaine.fr" dans la rubrique "Contacts" où en nous écrivant à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , nous vous répondrons rapidement.

En attendant de vous lire et de vous compter parmi nous, toute l'équipe de l'AAPPMA de Colombier-Fontaine vous présente ses cordiales salutations

L'AAPPMA de Colombier-Fontaine

 

14 juillet 2020: Film: Papy fait mouche...

Vous pouvez découvrir en cliquant sur la photo ci contre un très beau documentaire sur la pêche à la mouche, mais surtout sur un papy érudit, plein de bon sens et connaissant par cœur le milieu aquatique et ses habitants et bien sûr la pêche à la mouche.

Ce documentaire a été déniché par Sylvain BOURQUIN, qui a souhaité nous le faire partager.

Merci, superbe...

 

 

 

 

 

10 juillet 2020: Déversoir  Bié - canal

Le président de l'AAPPMA nous informe:

Je viens de constater que VNF avait réalisé le colmatage du déversoir en utilisant des matériaux plus robustes (Photo ci jointe).

Le monde de la pêche et en particulier notre AAPPMA ne peuvent qu'en être satisfaits !

J'ai remercié VNF et demandé à l'EPTB d'en informer officiellement la mairie et PMA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 juillet: Compte rendu de la réunion sur la gestion des herbiers dans le Bié

Étaient présents à cette réunion des représentants de la commune de Colombier-Fontaine, de l'AAPPMA Colombier-Fontaine, de PMA, et de l'EPTB Saône et Doubs

Compte rendu réalisé par Florence CARONE (EPTB Saône-Doubs)

Bonjour,
 
Suite à la réunion d’hier après-midi au sujet de l’entretien du ruisseau dans la traversée de Colombier-Fontaine, voici les suites à données évoquées ensembles (Commune / AAPMA / PMA / EPTB Saône & Doubs):
 
•    Dans un premier temps, la Commune, assistée de l’AAPPMA et de PMA, établira et transmettra à la DDT du Doubs un dossier de « demande préalable d’intention de travaux en rivière » pour un arrachage de la végétation qui se développe de manière exacerbée en amont du pont et de l’ancienne poste.
o    Pour rappel, aucune intervention n’avait eu lieu sur ce secteur dans le cadre des travaux de restauration du ruisseau de 2018, la banquette naturelle n’a pas été modifiée
o    L’espèce qui prolifère est la berle dressée ou petite berle (Berula erecta), parfois appelée aussi cresson sauvage
o    Il s’agira d’arracher cette végétation en bordure et sur une partie de la banquette naturelle, de manière à libérer l’entrée des arches du pont notamment, à éviter un développement trop important, et à réduire le risque de nuisances associées (mauvaises odeurs en fin d’été)
o    Les travaux  à mener ne devront pas impacter le lit de la rivière et les sédiment
o    PMA fera passer, en complément à ce mail, une série de recommandations d’ordre technique
o    Après retour de la DDT, il faudra veiller à prévenir les services de la police de l’eau une semaine avant la réalisation des travaux, qui s’effectueront manuellement. La Commune et l’AAPPMA feront appel à  des bénévoles pour mener à bien cette opération. 
 
•    Par ailleurs, la Commune est en charge de l’entretien de la végétation des banquettes aménagées en 2018. Une fauche annuelle, plutôt en fin d’été, est recommandée (en laissant 30 à 40 cm de hauteur de végétation afin d’éviter une colonisation par des espèces à forte propagation ou invasives, et en exportant la végétation coupée hors du lit du ruisseau). La Commune s’acquittera de ces travaux dans un second temps.
 
•    Enfin, à plus long termes, un travail de sensibilisation des habitants est à mener. Il semble que le changement paysager impliqué par les travaux ne soient pas du gout de la plupart des habitants, malgré la diversité de milieux, la présence de fleurs et d’une faune plus importante associée au cours d’eau (papillons, libellules…). Lorsque la situation sanitaire le permettra, la Commune souhaite organiser une réunion publique afin de mener ce travail d’explication. PMA et l’EPTB Saône & Doubs restent à disposition sur ce volet sensibilisation. D’ici là, la Commune pourra partager auprès de ses habitants le film de présentation du projet réalisé, accessible ICI
 
Je reste à votre disposition pour toute question

 

1 juillet: Les faucardeuses en action

Depuis quelques jours, les faucardeuses sont entrées en action dans nos différents biefs. Aujourd'hui, l'une d'entre elles était en plein travail le long du canal du Rhône au Rhin entre Saint-Maurice-Colombier (Écluse 23) et Blussans (Écluse 24).

 

1 juillet 2020: Concours photo de l'AAPPMA Colombier-Fontaine

L'AAPPMA de Colombier-Fontaine organise un concours photo gratuit et ouvert à tous ses membres détenteurs d'une carte 2020

Ce concours est ouvert du 1er juillet au 30 novembre 2020.

A gagner 2 cartes de pêche inter-fédérales 2021

Cliquez ICI pour accéder à la page du concours ou vous trouverez le règlement ainsi que le bulletin d'inscription.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21 juin 2020: Nouveau garde de pêche

Le confinement n'ayant pas arrangé les choses, nous voici enfin au bout de cette longue attente concernant l'officialisation de notre 2ème garde de pêche particulier.

En effet, Cédric BRUCHON vient de recevoir sa carte d'agrément de garde de pêche particulier du tribunal judiciaire de Montbéliard!

Il peut donc, à compter de ce jour, remplir ses fonctions de garde pour notre AAPPMA!

Nous lui souhaitons bon courage ainsi qu'à Benjamin qui pourra trouver en lui une aide précieuse et un soulagement dans leurs missions de contrôle et de constat des infractions au code de l'environnement sur les cours d'eau et plan d'eau dont ils ont la garde et portant préjudice aux détenteurs des droits de pêche qui les emploient.

 

17 juin 2020: Réponse de VNF à notre demande de nettoyage du canal

Bonjour,
 
Dans la droite ligne de ce que vous a dit M.RIGOLIER, nous sommes tout comme vous victimes de la prolifération des algues.
Quotidiennement , nos équipes s’affairent à retirer des algues pour faciliter la manœuvre des écluses, faciliter le passage des bateaux et assurer la gestion hydraulique des biefs.
Des prélèvements ont été fait, des recherches biologiques sont actuellement en cours. Nous sommes en attente de résultats.
 
Nous avons débuté une campagne de faucardage depuis la semaine dernière.
Une entreprise privée a commencé sur votre secteur dès le 08 juin entre les biefs 20 et 24 en passe navigable.
 
Nous poursuivons l’opération de faucardage avec nos équipements  en ce moment ainsi que dans les semaines à venir.
Nous allons à nouveau solliciter l’entreprise privé qui viendra dès que possible nous renforcer.
 
Comme vous le voyez, VNF a pris la mesure de ce problème et tente d’y remédier.
J’espère avoir répondu à votre interrogation.
 
Cordialement,
 
 
Patrice MOTTNER
Chef de centre Montbéliard
Voies navigables de France
Direction territoriale Rhône Saône
UTI canal du Rhône au Rhin
2 rue du port 25200 Montbéliard

 

 

Devenir bénévole de l'AAPPMA de Colombier-Fontaine 

Et pourquoi pas vous ! S'investir dans une AAPPMA est à la portée de tous. 

Notre AAPPMA est composée exclusivement de bénévoles.

D’année en année nos forces vives diminuent et nous avons besoin de vous pour nous aider à tenir le cap et poursuivre la grande aventure que nous nous sommes fixés : satisfaire les pêcheurs qui nous ont rejoint et progressivement renouveler les membres de notre comité qui souhaitent passer le relai à une jeunesse pleine d’idées et qui connait les nouvelles techniques d’information (site internet, YouTube, mail, moyens informatiques etc…).

En plus de gérer et protéger nos milieux aquatiques, nous œuvrons chaque jour à la promotion et au développement de notre loisir : LA PÊCHE EN EAU DOUCE.

Pour notre AAPPMA, le bénévolat se vit de multiples façons : transmettre son savoir aux jeunes générations qui, en s’impliquant dans un Atelier Pêche Nature par exemple, apprennent les lois de la nature et la connaissance des habitants de l’eau, surveiller et protéger le milieu aquatique en devenant pourquoi pas garde-pêche- particulier, participer  à l’entretien des lots de pêche, à la gestion de l’association et bien d’autres choses intéressantes comme la formation des élèves des classes primaires des villages environnants.

Vous êtes disponible et dynamique ? Vous avez des idées, des projets ?

Vous avez simplement envie de donner un peu de votre temps ?

Alors rejoignez les bénévoles de l’AAPPMA de Colombier-Fontaine pour les accompagner dans leurs projets et faire évoluer cette Association.

Pour ceci, remplissez le formulaire ci-dessous :

Nom :……………………………..        Prénom :…………………

Adresse mail :………………………...............................................................                                  N° de Téléphone : ………………………….

    Renvoyez votre demande à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.                          Nous vous contacterons !

Ou alors par le biais de la page contact de notre site internet  ICI

Merci et peut-être à bientôt le plaisir de partager avec vous la même passion.

 

Notre partenaire : La droguerie Pétrequin

 

Notre dépositaire "La droguerie Pétrequin Lize et Jacques"  de Colombier-Fontaine" est plus qu'un commerçant. C'est le lien entre vous et votre association. C'est notre partenaire et pour cette raison, nous vous conseillons vivement de vous rendre dans son commerce. 

La pêche, c'est aussi vivre ensemble au quotidien en favorisant le développement de petits commerces de proximité. 

Ils réalisent tous deux ce travail de conseil le plus souvent bénévolement et sans eux notre association n'existerait pas, alors encore une fois merci à eux ! 

Le secrétaire : Jacques Poulette

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

 

 

© AAPPMA Colombier Fontaine 2016
Alain BONGARDEN : Conception ; développement. Denis BONGARDEN et Jacques POULETTE : Graphisme ; rédaction     
Evxonline : l'hébergement web en toute simplicité